Euro NCAP : 20 ans de crash-tests !

6 Mar 2017 | Infos conducteur

L’Euro NCAP, European New Car Assessment Program (nouveau programme d’évaluation européenne des automobiles), fête ses 20 ans d’existence ! Deux décennies de crash-tests qui ont permis d’évaluer la sécurité à bord des véhicules et d’informer les automobilistes. Avatacar retrace pour vous les évolutions qui ont marqué la société.

 

L’IMPACT DE L’EURO NCAP : CRASH-TEST

L’Euro NCAP est un organisme créé en 1997 en charge des crash-tests en Europe. Son principal objectif est d’évaluer la capacité du véhicule à protéger les personnes à bord et les piétons lors d’un choc. C’est pourquoi chaque véhicule testé est équipé de mannequins (adultes et enfants) à bord du véhicule.
Pour évaluer les véhicules et les différencier, l’Euro NCAP se base sur 4 critères :

• la protection des adultes
• la protection des enfants
• la protection des piétons
• l’aide à la sécurité

Ces tests sont réalisés en laboratoire dans le but d’affecter une note à chaque véhicule. Les premières séries de test étaient évaluées de 1 à 4 étoiles, la 4ème étoile étant la note maximale. Depuis les années 2000, les critères d’évaluation se sont durcis avec l’arrivée des technologies d’aide à la conduite, les véhicules sont désormais notés sur 5 étoiles.

1 étoile : Protection marginale lors d’un impact.
2 étoiles : Protection nominale lors d’un impact mais absence de technologie d’évitement des accidents.
3 étoiles : Protection des occupants moyenne à bonne mais absence de technologie d’évitement des accidents.
4 étoiles : Bonnes performances globales de protection lors d’un impact, la technologie d’évitement des accidents peut être présente.
5 étoiles : Bonnes performances globales de protection lors d’un impact. Bon équipement avec une technologie d’évitement des accidents fiable.

Lors des tests, les véhicules subissent une série de 5 chocs  dans des conditions spécifiques :

• un choc frontal décalé à 64 km/h
• un deuxième choc frontal à 50km/h
• un choc latéral niveau conducteur à 50 km/h
• un choc latéral niveau conducteur avec un poteau à 32 km/h
• un choc frontal avec piétons percutés à 40 km/h

20 ans après avoir réalisé ses premiers tests, l’Euro NCAP se félicite d’avoir sauvé plus de 78 000 vies depuis leur création. L’organisme a publié environ 630 notations et testé 1800 véhicules soit 9 voitures sur 10 vendues actuellement sur le marché européen.

Dès 2018, l’Euro NCAP ira encore plus loin en se focalisant sur des sujets comme la détection des cyclistes, le maintien du véhicule dans une voie de circulation et les systèmes d’évitement des accidents.

 

SYSTÈMES DE SÉCURITÉ : QUELS CHANGEMENTS ?

La sécurité routière des usagers est l’un des grands enjeux de notre société. En 2016, 57 251 accidents corporels ont eu lieu sur les routes de France avec plus de 72 199 blessés. Au total, 3 469 personnes ont perdu la vie suite à un accident de circulation contre 18 034 en 1972.

Au fil des années, les équipements de sécurité ont occupé de plus en plus nos véhicules. Découvrez les plus courants !

< La ceinture de sécurité

La ceinture de sécurité est un équipement conçu pour limiter les impacts physiques lors d’un accident. En effet, un passager non attaché pendant un accident risque d’entrer en collision avec l’intérieur de la voiture (pare-brise, toit…). La ceinture maintient les automobilistes en place et évite certains chocs. Elle se fixe autour de la taille et le long du buste

C’est en 1903 que le canadien Gustave DÉSIRÉ créé les premières « bretelles protectrices pour voiture automobile ». L’actuelle ceinture de sécurité a été inventée en 1955, et est installée pour la première fois en 1959 dans une Volvo Amazon et une Volvo PV 544.
Depuis 1967, tous les véhicules neufs doivent être équipés de ceintures de sécurité. Le port de la ceinture, quant à lui, est devenu obligatoire par le Code de la route français (décret n°73-561) à différentes dates :

– 1er janvier 1974 : port obligatoire de la ceinture à l’avant et hors agglomération.
– 1975 : port obligatoire de la ceinture à l’avant, en agglomération et sur les voies rapides.
– 1990 : port obligatoire de la ceinture à l’arrière.

ceintures de sécurité

 

 

< Les airbags

L’airbag est un sac à air ou coussin qui se gonfle pour amortir les chocs et protéger les personnes à l’intérieur du véhicule lors d’un accident. Il permet notamment d’éviter le contact direct avec des éléments du véhicule tels que le volant mais aussi les vitres. De l’air ou du gaz est injecté dans le coussin pour créer une réaction chimique explosive lors de l’impact.

Dans un premier temps, les airbags n’étaient installés qu’au niveau de la place du conducteur. Aujourd’hui, en fonction du modèle de votre véhicule, vous pouvez avoir entre 2 et 9 airbags au cœur de l’habitacle (à l’avant ou sur les côtés) qui protégeront l’ensemble des passagers.

Si vous circulez avec un siège auto dos à la route, pensez à désactiver l’airbag du siège passager (si l’enfant est à l’avant) ou latéral (si l’enfant est à l’arrière). Pour les enfants de moins de 10 ans il n’est pas nécessaire de désactiver l’airbag latéral. Il suffit de veiller à ce que l’airbag ne soit pas au niveau de la tête et de la nuque de votre enfant.

airbag

 

< Siège auto : le système ISOFIX

Le siège auto est un équipement automobile dédié aux enfants. Ces derniers seront ainsi correctement maintenus dans un siège adapté à leur petite morphologie. Le siège auto peut être soit fixé avec la ceinture de sécurité soit avec un système que l’on appelle Isofix.

Ce système de fixation sert à attacher le siège auto directement au châssis de la voiture grâce à trois points d’accroches spécifiques. Deux points d’ancrage se trouvent dans la rainure de votre siège et un troisième point de stabilité est relayé soit par une jambe de force, soit par une sangle accroché à l’arrière du siège (Top tether).

isofix

 

< L’ABS, l’ESP et les aides au freinage

L’ABS, AntiBlockerSystem en allemand, est un système d’antiblocage des roues lors d’un freinage intense. En effet, le blocage des roues peut survenir si une pression trop forte est exercée lorsque vous freinez. Cette technologie vous aide à garder le contrôle de votre véhicule et préserver de l’adhérence.

C’est Bosch qui en 1936 rachète le brevet d’invention de ce système. Ce n’est qu’en 1985 qu’un premier véhicule de série est équipé d’un ABS, il s’agit de la Ford Scorpio.

L’ESP, Electronic Stability Program, aussi nommé Électrostabilisateur Programmé est une technologie d’anti-dérapage destinée à corriger automatiquement la trajectoire d’un véhicule si un mouvement brusque est réalisé avec le volant. Cette aide à la conduite est un complément de l’ABS.

Développé par Bosch, le premier ESP a été monté sur les Mercedes et BMW en 1995. Depuis le 1er novembre 2014, il est obligatoire en Europe pour les véhicules neufs d’être équipés de cette technologie.

En complément, il existe des systèmes d’aide au freinage qui peuvent se déclencher automatiquement lorsque votre véhicule détecte un obstacle ou vous aider à doser votre freinage lorsque vous appuyez trop fort.

 

 

ROVER 100 (1997) VS HONDA JAZZ (2015)


bandeau_freinage

Sources : euroncap.com ; skoda, peg perego, pinterest/vintageveryday, wikipédia, sécurité-routière