La climatisation, ce qu’il faut savoir

3 Août 2015 | Infos conducteur

En été, avec les fortes chaleurs, elle vous est bien utile et vous permet de rester au frais dans votre voiture ! Et en hiver, elle vous permet de désembuer plus vite votre pare-brise. Il s’agit bien évidemment de la climatisation ! Depuis l’installation de la toute première climatisation automobile, en 1939 sur une Packard qui prenait alors toute la place du coffre, aux systèmes de climatisation de nos jours, les progrès ont été considérables. Alors pour vous maintenir au frais sans risque, mieux vaut faire contrôler votre système de climatisation régulièrement, Avatacar vous dit pourquoi.

 

Comment fonctionne votre climatisation ?

Si vous comprenez le fonctionnement de la climatisation d’une voiture, vous comprendrez alors le fonctionnement de tous les autres systèmes de refroidissement (climatisation d’intérieur, réfrigérateur,…).

Le fonctionnement global d’une climatisation est basé sur la compression d’un gaz réfrigérant. Le système, composé de différents éléments comme un compresseur, un condenseur, un détendeur…, va comprimer ce gaz qui montera à haute pression (donc à haute température) pour être ensuite refroidi au maximum, ce qui permettra de souffler de l’air froid dans l’habitacle.

Mais quelles sont réellement les étapes de circulation de ce gaz réfrigérant ?

climfonctionnement

Premièrement, le gaz va être monté en pression grâce à un compresseur de climatisation (1 sur le schéma). Ce compresseur est entrainé grâce à la courroie accessoire*, elle-même reliée au moteur.

Une fois en marche, le compresseur de climatisation va donc demander plus d’effort au moteur qui devra alors entraîner une nouvelle pièce. Vous l’aurez compris, c’est donc bel et bien ce compresseur qui est à l’origine des petits bémols de la climatisation : perte de puissance, surconsommation de carburant,…

Le gaz, maintenant sous pression, est à très haute température. Il va devoir être refroidi si l’on souhaite obtenir l’effet bien froid de la climatisation.

Deuxième étape, le gaz chaud sous pression passe dans le condenseur (radiateur de refroidissement muni d’un ventilateur) pour commencer la phase de refroidissement (3 et 4 sur le schéma). La réaction chaud/froid liquéfie naturellement le gaz. Le gaz passe ainsi d’un état gazeux à l’état liquide.

Troisième étape, le gaz est désormais liquide avec une température moyenne (plutôt tiède que froide). Le liquide est filtré et nettoyé grâce au déshydrateur (5 sur le schéma). L’objectif étant d’enlever toutes les fines particules qui sont apparues au cours du processus et les traces d’humidité pour ne pas abimer le reste du circuit.

Quatrième étape, le liquide tiède va être refroidi de manière significative. Comment ? Le gaz liquide est détendu par le détendeur (8 sur le schéma). Le détendeur va tout simplement dépressuriser le gaz ce qui lui fera baisser drastiquement sa température. Le liquide qui ressort du détendeur est alors très très froid.

Dernière étape, transformer l’air ambiant par un air froid jusque l’habitacle ! L’évaporateur, dernier élément du circuit de la climatisation, joue ce rôle de « refroidisseur d’air » (6 sur le schéma). L’air ambiant, qui arrive par l’extérieur, va passer au travers de toutes les « canalisations » (contenant le liquide froid) de l’évaporateur. Cette étape est comme de passer à l’intérieur d’un radiateur complètement réfrigéré, l’air puise donc toute sa fraîcheur lors de ce passage. Le contact de l’air chaud avec le liquide froid va engendrer une évaporation progressive du liquide.

En parallèle, l’évaporateur va absorber les dernières traces d’humidité et les poussières contenues dans l’air (grâce au filtre d’habitacle) pour transmettre un air le plus sain possible dans la voiture. L’humidité retenue par l’évaporateur est expulsée sous forme d’eau, il est donc tout à fait normal de retrouver des traces d’eau sous la voiture lorsque la climatisation est en marche.

Une fois l’air frais transmis dans l’habitacle, le liquide est redevenu à l’état gazeux. Il repassera par le détendeur puis par le compresseur pour être monté sous pression… La boucle continuera ainsi tout le long de l’activation de la climatisation !

 

Comment éviter la surconsommation de carburant liée à la climatisation

climvoitureComme expliqué précédemment, la surconsommation de carburant est due en partie par le compresseur qui, pour être entrainé par la courroie accessoire, demande plus de travail au moteur. Ainsi, on estime à 1L de carburant aux 100 km consommé par le compresseur donc par la climatisation.

Ceci dit, il existe quelques astuces pour limiter cette surconsommation liée à la climatisation :

  • Privilégiez les films solaire sur vos vitres. Cela permet de gagner quelques degrés à l’intérieur de l’habitacle et donc de peut-être éviter la climatisation.
  • Si votre voiture est stationnée dehors en plein soleil et que vous devez prendre la route, c’est là où vous aurez tendance à mettre la climatisation. Sauf que, si vous allumez tout de suite votre climatisation, c’est à ce moment précis où vous allez consommer au maximum ! En effet, le moteur viendra tout juste de démarrer et la climatisation aura du mal à rafraîchir l’habitacle très chaud, ce qui peut amener à une surconsommation de plus de 30% ! Il est donc plutôt conseillé d’ouvrir en grand les fenêtres au début de votre trajet puis de passer à la climatisation lorsque l’intérieur s’est un peu rafraîchi.
  • À l’inverse, sur autoroute ou à partir de 100 km/h, nous vous conseillons de mettre la climatisation plutôt que d’ouvrir vos fenêtres. Pourquoi ? Au-dessus de cette vitesse, les fenêtres ouvertes font perdre l’aérodynamisme de votre voiture et agissent comme un véritable frein. Votre moteur doit fournir plus d’effort pour maintenir à bien votre vitesse. Ce phénomène demande plus d’énergie à votre moteur, donc plus de carburant, que si vous mettiez simplement la climatisation pour maintenir votre température ambiante.

 

Comment ne pas perdre de puissance avec la climatisation

La perte de puissance moteur est, elle aussi, liée au compresseur de la climatisation. Le moteur, qui doit faire tourner la courroie accessoire, perd alors de sa puissance inévitablement. On estime à environ 10% la perte de puissance moteur avec une climatisation en marche.

Attention, ce chiffre est à prendre à titre indicatif car plus la voiture est de faible cylindrée plus on ressentira la perte de puissance. Et inversement, les véhicules de grosse cylindrée ne ressentiront que très faiblement cette perte de puissance. Aucun véhicule ne peut donc éviter cette perte de puissance moteur causée par la climatisation, cependant elle sera plus ou moins décelable en fonction de la cylindrée.

 

Quelles sont les conséquences d’une climatisation mal entretenue ?

Une climatisation n’est pas sans risque, un mauvais entretien du système de climatisation peut amener à de sérieux problèmes ! Non seulement d’un point de vue santé mais aussi d’un point de vue mécanique pour la voiture.

L’air extérieur passe par le filtre d’habitacle pour que l’air qui arrive au sein de la voiture ne soit pas chargé en particules et pollens. Dans le cas d’une climatisation mal entretenue, ce filtre peut se transformer en réservoir à poussières, bactéries, moisissures et autres particules néfastes pour l’homme. Un filtre usagé peut ainsi amener à de graves réactions allergiques pour les personnes sensibles et à des crises respiratoires pour celles qui souffrent d’asthme.

filtreairuse

De manière générale, le système de climatisation doit régulièrement être vérifié. Et pour cause, si une fuite du gaz survient, le compresseur tournera dans le vide et risquera à terme d’endommager la courroie accessoire. Une fuite peut aussi entrainer une surconsommation de carburant (surconsommation estimée à 10 voire 20% supplémentaire).

Il est donc nécessaire pour votre santé, votre voiture et l’environnement de faire réviser régulièrement votre système de climatisation.

 

Quand et quelle révision faire pour la climatisation ?

Effectivement, il faut faire entretenir sa climatisation mais quand exactement ? Certains signes évocateurs d’un dysfonctionnement du système de climatisation peuvent prévenir du moment opportun pour effectuer la révision :

  • La climatisation a du mal à sortir de l’air, le débit d’air est sensiblement moins puissant
  • La température n’est plus aussi froide, difficulté à générer du froid
  • Des odeurs nauséabondes émanent de la climatisation
  • En hiver, le désembuage ne fonctionne pas ou très mal

Dans ces différents cas, il est conseillé de prendre rendez-vous avec son garagiste au plus tôt pour effectuer une révision du système de climatisation.

Autrement, afin d’anticiper ces signes, il est préconisé de :

  • Faire contrôler le système de climatisation tous les ans
  • Changer le filtre d’habitacle au moins 1 fois par an ou tous les 15000 km
  • Effectuer un traitement antibactérien du circuit tous les ans
  • Recharger le gaz réfrigérant du circuit tous les 2 ans
  • Changer le filtre déshydrateur tous les 2 ans

Pour finir, il est souvent conseillé de faire fonctionner sa climatisation au moins 10 minutes tous les mois été comme hiver. L’objectif est d’éviter que le système complet ne reste trop longtemps sans fonctionner.

 

*La courroie accessoire est reliée au moteur par un système de poulie, elle permet d’entraîner différents organes du moteur définis comme « accessoires » : compresseur de climatisation, pompe de direction assistée et l’alternateur.

revision