Nouvelle réglementation : dispositifs audio interdits

6 Juil 2015 | Actualités, Infos conducteur

Depuis le 1er juillet 2015, le ministère de l’Intérieur interdit tout dispositif audio (comme les oreillettes) que ce soit en voiture, en moto ou à vélo… Le taux d’alcoolémie autorisé pour les permis probatoires est aussi passé à 0,2 gAvatacar revient sur ces nouvelles réglementations.

 

Nouvelle réglementation : dispositifs audio interdits et taux d’alcoolémie à 0,2 g

C’est officiel, depuis le 1er juillet tout kit mains libres est strictement interdit au volant. Que ce soit pour les voitures, utilitaires, poids lourds, motos ou encore vélos, cette nouvelle réglementation s’applique à la quasi-totalité des appareils auditifs. Il est donc actuellement interdit de porter le moindre appareil aux oreilles (à l’exception des appareils de surdité) qui peut émettre du son ou encore être utilisé pour téléphoner. Cependant les dispositifs intégrés à la voiture (autoradio, Bluetooth ou kit mains-libres sur allume cigare) restent autorisés. Découvrez la liste des dispositifs interdits et ceux autorisés sur la campagne de la sécurité routière.

La raison de cette interdiction ? Les dispositifs audio (oreillettes, casques,…) sont considérés comme néfastes pour les conducteurs. En effet, ces appareils empêchent d’entendre les bruits autour de nous, donc de ne pas être à l’écoute de notre environnement ce qui peut s’avérer très dangereux lorsque l’on est à vélo. L’autre effet néfaste est qu’ils réduisent drastiquement notre champ de vision, le cerveau étant concentré sur la musique ou la conversation la vue en est alors diminuée. Enfin, écouter de la musique ou avoir une conversation en conduisant réduit de 30 à 50% les informations assimilées par le conducteur, autrement dit nous sommes deux fois moins attentifs à la route dans ce genre de situation. Tous ces effets ne font que d’augmenter le temps de réaction des conducteurs en cas de situation d’urgence.

En portant des dispositifs audio au volant ou à vélo, le risque d’accident est multiplié par 3 et cette cause est responsable d’un accident corporel sur 10. Il est donc nécessaire de rendre chaque conducteur responsable, conscient de son environnement et des autres conducteurs pour que chacun reste concentré sur les routes.

 

Autre mesure qui implique des changements de comportement, le taux d’alcoolémie toléré est passé de 0,5 g à 0,2 g pour les jeunes conducteurs. Changement significatif, puisqu’il est alors interdit de boire un seul verre d’alcool pour les permis probatoires ! En effet, 0,2 g est la faible marge autorisée si la personne contrôlée aurait consommé des aliments contenant de l’alcool ou alors certains médicaments qui peuvent augmenter naturellement le taux d’alcoolémie.

L’alcool au volant pour les jeunes est la première cause de mortalité en hausse ces derniers mois (hausse de 4,3% de tués en avril et de 1,9% au mois de mai). Afin de stopper le nombre croissant de ces accidents, le ministère a donc décidé de prendre cette mesure qui interdit désormais tout alcool au volant pour les jeunes.

 

Que risquons-nous avec ces nouvelles réglementations ?

Ces nouvelles mesures ne viennent pas sans pénalités, si vous ne respectez pas ces deux réglementations vous vous risquez à 135€ d’amende ainsi que 3 points en moins sur votre permis pour les dispositifs audio et 6 points en moins si vous dépassez le taux d’alcoolémie autorisé soit le retrait du permis pour les jeunes conducteurs.

Nouvel article de loi

Article R.412-6-1 du code de la route, prévue à ce stade, dans l’attente de l’avis du Conseil d’État
«L’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation est interdit. Est également interdit le port à l’oreille, par le conducteur d’un véhicule en circulation, de tout dispositif susceptible d’émettre du son, à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité.

Les dispositions du deuxième alinéa ne sont pas applicables aux conducteurs des véhicules d’intérêt général prioritaire prévus à l’article R. 311-1, ni dans le cadre de l’enseignement de la conduite des cyclomoteurs, motocyclettes, tricycles et quadricycles à moteur ou de l’examen du permis de conduire ces véhicules.

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe. Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de trois points du permis de conduire.»

bandeau_garage_mobile