Sera-t-il bientôt possible de personnaliser ses plaques d’immatriculation en France ?

5 Mai 2014 | Infos conducteur

Immatriculer son véhicule avec son surnom, sa date de naissance ou encore le nom de son animal de compagnie, voilà qui peut faire envie ! Malheureusement, seuls certains de nos voisins européens le proposent aux conducteurs ; alors, sera-t-il un jour possible de le faire en France ? Avatacar vous répond.

Outre-manche, le Gouvernement a bien compris que donner la possibilité aux conducteurs de personnaliser leurs plaques d’immatriculation (moyennant finances, évidemment) était une véritable manne. Ainsi, il est de plus en plus répandu d’offrir, en guise de cadeau de naissance, un numéro d’immatriculation : pour ce faire, les amis, parents ou autres membres de la famille s’engagent à verser chaque année, et jusqu’à ce que l’enfant soit en âge de conduire, la somme de £25. À titre d’exemple, il faut débourser la somme de £54.130 pour l’immatriculation « 505 EXY » (comprenez « so sexy »). Depuis la mise en place de cette mesure, le Trésor Public britannique engrange plus de 80 millions d’euros chaque année. Quant aux conducteurs, il leur est possible, une fois par an, de mettre aux enchères leur immatriculation pour la vendre au plus offrant.

En Belgique, la vente de numéros d’immatriculations personnalisés est possible depuis le 31 mars dernier ; depuis cette date, l’automobiliste peut donc choisir la combinaison de chiffres et de lettre qui lui convient, à l’exception des « combinaisons offensantes, à caractère raciste, xénophobe ou insultant ». En quelques jours, plus de 1 000 personnes ont dépensé les 1 000 euros nécessaires à l’enregistrement de leurs demandes, allant de la combinaison régionale (« BXL1 » pour Bruxelles par exemple) aux prénoms en passant par des formules plus amusantes ; certaines personnes ont même choisi de n’utiliser que deux caractères sur les neuf possibles. En tous les cas, la mesure est un vrai succès !

Alors, quid de la France ? Et bien malheureusement, le nouveau Système d’Immatriculation des Véhicules (SIV) instauré en avril 2009 ne laisse guère de place à l’imagination. Les propriétaires de voitures de collection, qui se réjouissaient à l’avance de pouvoir négocier les quatre chiffres correspondant à l’année de fabrication de leur modèle, en ont d’ailleurs déjà fait les frais. Il est en effet strictement impossible pour un opérateur, même privé, d’intervenir sur le rythme d’attribution des numéros, programmé pour suivre l’ordre d’arrivée des demandes à l’échelle nationale. Seule solution, guetter l’arrivée d’une combinaison convoitée sur le site de l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (si elle n’a pas déjà été attribuée) et espérer avoir la chance de cliquer au bon moment sur le bouton d’envoi du formulaire de demande de certificat d’immatriculation.

Source : Challenges.fr