Tout savoir sur l’embrayage

25 Juin 2018 | Entretien auto

C’est grâce aux pédales de frein, d’accélérateur et d’embrayage que nous pouvons faire avancer notre automobile. Si les rôles du frein et de l’accélérateur sont facilement compréhensibles, ce n’est pas toujours le cas pour l’embrayage. Son utilité et son fonctionnement restent flous pour beaucoup. Avatacar répond à toutes les questions que vous vous posez sur l’embrayage !

Qu’est-ce que l’embrayage ?

L’embrayage est un élément indispensable au fonctionnement de notre auto. Elément de liaison entre la boîte de vitesse et le moteur, il permet au conducteur d’adapter la puissance du moteur à la vitesse qu’il souhaite donner à son véhicule. Plus le chiffre indiqué sur le levier de vitesse est bas, plus la puissance du moteur sera forte : au démarrage, le moteur a besoin de beaucoup de puissance afin d’être capable de mettre le véhicule en mouvement. Le fait d’enclencher la première vitesse permettra donc au moteur de transmettre un couple maximal nécessaire à un tel effort.

L’embrayage a aussi pour rôle de transmettre l’énergie du moteur aux roues par le biais de la boîte de vitesse, ce qui permet d’augmenter ou de diminuer leur vitesse de rotation. Plus le chiffre indiqué sur le levier de vitesse est élevé, plus la combinaison puissance moteur/rapport de boîte de vitesse permettra aux roues de tourner vite. A contrario, c’est en première vitesse que les roues tourneront le moins vite.

 

Comment fonctionne le système d’embrayage ?

Le système d’embrayage est constitué de plusieurs éléments participant à son fonctionnement. L’embrayage mono-disque est le plus courant. Il est composé de :

  • La pédale d’embrayage ;
  • Le mécanisme d’embrayage ;
  • La fourchette d’embrayage ;
  • La butée d’embrayage ;
  • Un disque d’embrayage.

Le rôle du disque d’embrayage est de transmettre à la boîte de vitesse l’énergie générée par le moteur. Au cours d’un trajet, la position de ce disque change : lorsqu’il est collé au volant moteur, il permet de faire passer l’énergie en direction des roues. Lorsque les deux parties se décollent, l’énergie ne passe plus.

Dans le cas d’un embrayage mécanique, lorsque le conducteur appuie sur la pédale d’embrayage, cela permet d’engager la fourchette d’embrayage qui exerce une pression sur la butée d’embrayage. Celle-ci agit sur le mécanisme d’embrayage de façon à libérer le disque. Le disque d’embrayage et le volant moteur sont alors disjoints : l’embrayage est en position débrayée. C’est à ce moment-là que le conducteur peut changer de vitesse. L’embrayage doit être tenu en position débrayée lorsque le véhicule est à l’arrêt devant un feu rouge, par exemple.

En revanche, lorsque le conducteur relâche la pédale d’embrayage, celui-ci est en position embrayée. Le disque d’embrayage, recouvert d’une garniture de friction, est plaqué au volant moteur et « conduit » l’énergie du moteur vers la boîte de vitesse, qui la transmet ensuite aux roues, permettant à la voiture d’avancer.

Il existe une autre position de l’embrayage, que nous avons tous appris à maîtriser au cours de la première leçon de conduite ! Il s’agit du point de patinage. Cette position se situe entre le débrayage (position ouverte) et l’embrayage (position fermée). Les deux disques entrent en contact mais ne se touchent que très légèrement : cela permet de transmettre un faible flux d’énergie à la boîte de vitesse. Le point de patinage est par conséquent utilisé lorsque la vitesse du véhicule est très lente, ou bien lors du démarrage.

Le système d’embrayage peut être hydraulique ou à câble. La différence réside dans la structure du système de commande de l’embrayage. Dans le cas d’un embrayage à câble, la commande se fait grâce à des câbles coulissant à l’intérieur d’une gaine. Dans le cas d’un embrayage hydraulique, la commande est actionnée d’un émetteur hydraulique vers un récepteur hydraulique : il n’y a pas de fourchette d’embrayage, mais un liquide hydraulique qui se déplace de l’un vers l’autre et provoque une pression sur la butée d’embrayage. L’embrayage hydraulique permet de réduire l’effort nécessaire pour actionner la pédale d’embrayage et améliore le confort de conduite.

Il existe d’autres types d’embrayages :

  • L’embrayage multidisques fonctionne de la même manière que le mono-disque, mais il comprend plusieurs disques d’embrayage. Cela permet de limiter l’usure de l’embrayage, mais aussi de dépenser plus de force dans le mouvement de rotation du moteur. On retrouve ce type d’embrayage sur les motos, les voitures de course et les véhicules utilitaires.
  • L’embrayage centrifuge comprend de petites masses articulées rattachées à l’arbre de transmission. Lorsque la vitesse de celui-ci augmente, les petites masses sont entraînées vers l’extérieur par la force centrifuge, et viennent se coller contre un tambour joint à la boîte de vitesse. C’est grâce à ce système que la transmission d’énergie peut être assurée entre la boîte de vitesse et le moteur. On trouve notamment ce type d’embrayage sur les voiturettes et les scooters.

Quand changer l’embrayage ?

La durée de vie d’un embrayage dépend de nombreux facteurs : la manière dont vous conduisez, les conditions de route, la fréquence à laquelle vous utilisez votre voiture, la qualité de votre disque d’embrayage… En règle générale, un embrayage dure en moyenne entre 150 000 et 200 000 kilomètres. Cependant, vous pourrez avoir besoin de le changer plus ou moins souvent en fonction des conditions d’utilisation. Il faut aussi savoir que la durée de vie de l’embrayage est un peu plus élevée chez les véhicules diesel que chez les essences.

C’est en milieu urbain, avec des arrêts et des changements de vitesse fréquents, que l’embrayage est le plus sollicité. Aussi, une conduite brusque ou une charge systématique de votre voiture (portage ou attelage) risquent d’accélérer l’usure de votre embrayage. Au contraire, une conduite fluide ou majoritairement sur routes ou autoroutes sont des facteurs permettant de rallonger sa durée de vie.

Voici quelques conseils pour que votre embrayage dure plus longtemps :

  • Lors du démarrage, il est très important de relâcher la pédale d’embrayage de manière progressive, en passant bien par le point de patinage. Un relâchement trop brusque est très néfaste pour le système d’embrayage sur le long terme.
  • Lorsque vous êtes à l’arrêt (à un feu rouge, derrière un véhicule effectuant un créneau, dans un embouteillage…), il est recommandé de placer votre levier de vitesse au point mort et de relâcher la pédale d’embrayage.
  • Lorsque vous conduisez, ne laissez pas votre pied sur la pédale d’embrayage, même s’il est seulement posé. Même s’il est très minime, un appui constant sur la pédale fatigue le mécanisme.

Pour préserver votre embrayage le plus longtemps possible, il est indispensable d’appliquer ces conseils tout au long de la durée de vie de votre véhicule.

Une usure de l’embrayage a plusieurs incidences. Tout d’abord, le disque d’embrayage aura plus de mal à transmettre l’énergie du moteur : cela entraîne une perte de « puissance » de la voiture, ce qui pour le conducteur, se traduit par des difficultés à faire avancer la voiture et accélérer.

Ensuite, vous aurez également plus de mal à passer les vitesses : cela peut devenir très gênant si vous avez besoin de rétrograder en pleine côte. En conséquence, un embrayage usé amène la voiture à caler plus souvent, ce qui risque d’abîmer le démarreur en vous obligeant à redémarrer à chaque fois.

Les vibrations du moteur causées par un embrayage usé risquent également de détériorer la boîte de vitesse.

Enfin, l’usure de l’embrayage entraîne une augmentation significative de la consommation de carburant.

Il est donc très important de prendre soin de votre embrayage. Plusieurs signes facilement repérables peuvent indiquer qu’il est temps de le changer :

  • La pédale d’embrayage nécessite un appui plus long ;
  • Elle s’enfonce de manière saccadée ;
  • L’embrayage émet un sifflement, un grincement ou des bruits de frottement ;
  • Vous sentez que votre embrayage vibre ;
  • L’embrayage patine : lorsque vous accélérez, vous ne prenez pas de vitesse alors que le moteur hurle et que l’aiguille du compte-tours grimpe ;
  • L’embrayage chauffe et dégage une odeur de brûlé ;
  • Votre voiture « broute » ; c’est-à-dire que vous avez l’impression que vous allez caler et vous ressentez des à-coups lorsque vous accélérez ;
  • Vous avez du mal à passer les vitesses ;
  • Si la pédale d’embrayage devient dure, c’est-à-dire qu’elle résiste lorsque vous appuyez dessus, cela peut également être le signe d’un embrayage fatiguée. Mais attention : une pédale dure peut être liée à plusieurs autres facteurs (câble usé ou rouillé, mécanisme encrassé…).

Si vous détectez l’un de ces signes, il faut impérativement vous rendre en garage pour faire vérifier et le cas échéant, remplacer votre embrayage.

 

Comment changer l’embrayage ?

Le remplacement de l’embrayage est une intervention délicate et très précise : il est fortement recommandé de vous rendre en garage pour le confier à un professionnel.
Cette opération est assez longue et difficile car sur la plupart des modèles de voiture actuels, elle nécessite de commencer par dégager la boîte de vitesse et démonter le moteur afin d’accéder à l’embrayage.
Par conséquent, son coût peut vite devenir onéreux en y ajoutant le coût de main d’œuvre et l’achat des pièces nécessaires.
Il est recommandé de remplacer à la fois le disque d’embrayage, la butée et le mécanisme. En effet, un remplacement du disque seul à l’intérieur d’un mécanisme déjà usé pourrait entraîner un mauvais fonctionnement du système. De plus, en changeant tout d’un seul coup, vous évitez d’être obligé de réaliser à nouveau cette intervention à quelques mois d’intervalle pour changer d’autres pièces du mécanisme… cela vous évitera de multiplier par deux le coût de main d’œuvre !

 

Quand purger un système d’embrayage hydraulique ?

Une fois que vous avez remplacé votre embrayage hydraulique, il ne faut pas oublier de purger la commande hydraulique. Cette opération consiste à remplacer le liquide d’embrayage par du liquide neuf, en éliminant tout l’air présent à l’intérieur de la commande hydraulique. Cette opération est extrêmement importante : s’il reste de l’air, le système ne pourra pas fonctionner correctement et vous ne pourrez ni débrayer, ni changer les vitesses.
Encore une fois, nous vous recommandons de faire purger votre embrayage hydraulique chez un garagiste. Cette opération peut être réalisée au même moment que le remplacement du mécanisme d’embrayage.
Enfin sachez que, comme le liquide de frein, le liquide d’embrayage devrait dans l’idéal être changé tous les deux ans.

 

Quel embrayage pour votre voiture?

La première chose à prendre en compte avant d’acheter votre embrayage est sa compatibilité avec votre véhicule. Pour cela, vous devez connaître le modèle de votre voiture, son année de fabrication, mais aussi les caractéristiques de son moteur (couple et puissance). De nombreux sites internet vous permettent d’identifier votre véhicule afin de vous proposer seulement des produits compatibles (comme sur avatacar.com). Vous pouvez également demander l’avis d’un spécialiste.

Vous aurez le choix entre différentes marques pour la même affectation. Pour faire votre choix, vous pouvez vous renseigner afin de trouver le meilleur rapport qualité/prix. N’hésitez pas à demander plusieurs devis.