Comment conduire sur la neige ? Nos 10 conseils

18 Fév 2019 | Infos conducteur

C’est l’hiver ! La neige s’est déjà installée dans certaines régions et c’est le moment de partir en vacances au ski. Passé le stress des préparatifs, place à une autre appréhension : comment se préparer au mieux pour conduire dans la neige ? Quels comportements adopter au volant ? Que faire si votre voiture dérape au beau milieu d’un virage ? Avatacar vous prodigue 10 conseils à garder en tête lorsque vous allez prendre la route sur la neige.

 

Commande en ligne sur Avatacar.com

 

1. Équipez-vous de pneus hiver

Dès lors que la température descend en-dessous de 7°C, il est indispensable de remplacer vos pneus été par des pneus hiver. En effet, à cette température, la gomme d’un pneu été durcit et perd toute son efficacité. A l’inverse, le pneu hiver est doté d’une gomme beaucoup plus souple. Ainsi, celle-ci résiste aux basses températures et garde toutes ses propriétés sur la neige ou le verglas. De plus, la bande de roulement d’un pneu hiver possède un grand nombre de lamelles, qui favorisent l’adhérence dans les conditions hivernales.

Sur la neige, les pneus hiver sont donc beaucoup plus performants que les pneus été. Ils sont garants d’une bien meilleure sécurité en permettant au conducteur de garder le contrôle de son véhicule.

Attention : les pneus cloutés sont reconnus très efficaces sur la glace, cependant ils ne sont pas vraiment adaptés si vous conduisez sur la neige. Privilégiez alors des pneus hiver marqués 3PMSF et M+S.

Retrouvez tous les avantages des pneus hiver dans notre article Pourquoi choisir des pneus hiver ?

 

2. Mettez les pneus hiver sur vos quatre roues

Dans le cas d’une voiture à deux roues motrices (traction ou propulsion), il peut être tentant de ne poser que deux pneus neige pour réaliser des économies. Mais c’est une erreur ! En effet, quelle que soit la transmission de votre véhicule, il est indispensable de mettre des pneus neige aux quatre roues. Dans le cas contraire, la stabilité et la direction de votre véhicule en seront affectées. Si vous n’équipez que les pneus avant d’un véhicule traction, celui-ci risquera de dévier de sa trajectoire lors d’un freinage ou dans les virages. Si vous n’équipez que deux roues d’un véhicule propulsion, celui-ci risquera d’avoir des difficultés à tourner.

3. Contrôlez votre véhicule avant le départ

Avant de conduire sur la neige, il convient de bien préparer votre voiture en amont, même si vous n’effectuez que de courts trajets. L’hiver n’est pas la saison la plus appréciée de nos autos, loin de là ! Afin d’éviter la panne, plusieurs vérifications sont indispensables avant le départ.

Tout d’abord, vérifiez l’état de vos balais d’essuie-glaces, et changez-les si besoin. Lorsque vous conduisez, la visibilité est très importante. C’est d’autant plus vrai dans la neige, où chaque coup de volant ou freinage brusque risquerait de vous faire déraper. Pensez à mettre du liquide lave-glace spécial hiver qui résistera au gel, et vérifiez les différents niveaux de liquides.

Ensuite, contrôlez la pression et l’usure de vos pneus. En hiver, les pneus ont tendance à perdre en pression. Vérifiez donc que vos pneus soient suffisamment gonflés. Si ce n’est pas le cas, ils s’useront beaucoup plus vite et votre consommation de carburant sera plus élevée. Vérifiez également la profondeur des rainures de vos pneus. Pour un pneu hiver, elle ne doit pas descendre en-dessous de 4mm. Si c’est le cas, changez vos pneus immédiatement.

Si vous partez à la montagne ou que la météo annonce de fortes chutes de neige, n’hésitez pas à faire contrôler votre véhicule en garage. Un professionnel pourra aussi regarder vos freins et vos amortisseurs, deux éléments qui se doivent d’être en bon état pour vous garantir la meilleure sécurité possible sur la neige.

Retrouvez tous nos conseils pour entretenir votre voiture pendant l’hiver.

 

4. Adaptez votre conduite

Avant de partir, nous vous conseillons également de prévoir votre trajet en fonction de la météo. Vous savez que vous roulerez moins vite sur la neige, laissez-vous donc une marge de temps pour ne pas risquer d’arriver en retard à votre destination.

Si vous avez l’habitude d’éviter les grands axes (autoroutes, départementales et routes principales), par exemple pour échapper aux embouteillages, modifiez votre trajet ! Lorsqu’il neige, les petites routes auront tendance à être plus risquées. En effet, elles sont moins dégagées, et les engins de dessalage y passent rarement, voire pas du tout. Privilégiez les grands axes, moins dangereux.

Conduire dans la neigeLorsque vous conduisez sur la neige, il faut redoubler de vigilance et de prudence. Conduisez lentement et laissez au moins le double de distance de sécurité entre vous et la voiture qui vous précède. Roulez à bas régime et passez les vitesses le plus tôt possible, cela permettra de réduire les risques de perte d’adhérence, souvent liés à un couple moteur trop élevé. Adoptez une conduite souple et sans aucun mouvement brusque. Accélération, freinage, prise de virage, tout doit être fait en douceur. Pensez aussi à regarder loin devant vous : l’anticipation est encore plus importante sur la neige. En effet, si vous freinez ou tournez au dernier moment, vos roues risqueraient de glisser.

Le code de la route recommande d’adopter certains comportements lorsque vous conduisez sur la neige. Par exemple, vous devez toujours céder la priorité aux véhicules de dessalage, quelle que soit la situation. Aussi, il est interdit de les dépasser, même si vous êtes contraint de rouler à 30 km/h ou moins vite. Vous devez toujours allumer vos feux de croisement lorsque vous conduisez sur la neige. En cas de fortes chutes de neige, allumez vos feux de brouillard.

 

5. Équipez-vous de chaînes neige

chaînes neige obligatoiresSi vous conduisez sur une route fortement enneigée, équipez vos roues de chaînes ou de chaussettes neige. Le bon moment pour les mettre est dès lors que vous commencez à ressentir une perte d’adhérence. Mais attention à ne pas attendre trop avant de les poser, vous risqueriez de vous retrouver immobilisés en pleine neige ! Souvent, des panneaux de signalisation indiquent que le port de chaînes neige devient obligatoire. Cependant, il faut savoir qu’il est interdit de s’arrêter sur le bord de la route pour monter vos chaînes. Arrêtez-vous dans la première aire de chaînage que vous trouverez sur votre route afin de le faire en toute sécurité.

chaînes neigeLes chaînes neige se montent sur les roues motrices. Si vous avez un véhicule traction (les deux roues avant sont motrices), placez vos chaînes neige sur les deux roues avant. Si votre véhicule est à propulsion (les deux roues arrière sont motrices), montez-les sur les deux roues arrière.

Contrairement aux idées reçues, rouler en 4×4 dans la neige ne dispense pas de mettre des chaînes. Dans l’idéal, il faut chaîner les quatre roues, puisqu’elles sont toutes les quatre motrices. En effet, si vous ne chaînez que les deux roues avant, votre véhicule risque de patiner à l’accélération et avancera difficilement, voire pas du tout. En revanche, si vous ne chaînez que les deux roues arrière, vous vous risquerez à une perte d’adhérence au freinage et dans les descentes, ainsi qu’une perte de contrôle de vos roues dans les virages. Dans les deux cas, cela peut être extrêmement dangereux.

Si votre budget ne vous permet pas d’acquérir deux paires de chaînes neige, privilégiez l’essieu avant, mais conduisez très lentement et avec une prudence maximale.

 

6. Tirez profit des aides à la conduite

Aujourd’hui, la plupart des véhicules possèdent des aides à la conduite intégrées. Celles-ci peuvent être très utiles si vous manquez d’assurance sur la neige. Par exemple, l’ESP permet de corriger la trajectoire du véhicule dans les virages et peut vous éviter quelques dérapages.

Cependant, l’ESP peut poser problème au démarrage, notamment si vous êtes en côte et que le sol est verglacé. En effet, elle inclut une fonction anti-patinage qui peut bloquer les roues et empêcher le démarrage. Pour éviter cela, il est conseillé de désactiver l’ESP au démarrage et de le déclencher de nouveau dès lors que la voiture est partie. Si votre voiture est récente, votre système ESP possède peut-être une position qui autorise le patinage des roues (dans une moindre mesure). Si c’est le cas, vous pouvez choisir cette option pour conduire sur la neige.

Certains véhicules sont équipés d’une fonction anti-patinage. Celle-ci s’avère très utile au démarrage dans la neige.

 

7. Que faire en cas de dérapage ?

Si vous perdez le contrôle de vos roues et que votre véhicule dérape sur la neige, la première chose à faire est de garder votre calme et porter votre regard loin dans la direction où vous voulez aller. Essayez d’empêcher l’avancée de la voiture, de manière progressive. Le premier réflexe que l’on peut avoir est de freiner brusquement, cependant cela ne ferait qu’empirer la situation. Il est donc absolument déconseillé de toucher à la pédale de frein. Pour freiner la progression de votre véhicule, débrayez. Cela permettra de stopper la transmission d’énergie du moteur aux roues et donc de ralentir le véhicule. Vous aurez donc plus de temps pour remettre votre véhicule droit.

Il existe deux cas de dérapage : vers l’avant (sous-virage) et vers l’arrière (survirage). Si ce sont les roues avant qui dérapent, levez progressivement le pied de la pédale d’accélérateur. Ne le relâchez surtout pas brusquement ! Vous devez agir doucement pour éviter une réaction dangereuse de votre véhicule. Cela permettra de redonner de l’adhérence aux pneus avant. Gardez votre regard dans la direction que vous souhaitez prendre. Dès que vous sentez que vos roues ont repris de l’adhérence au sol, vous pouvez redresser votre volant dans cette direction et accélérer de nouveau.

Si ce sont les roues arrière qui glissent, il faut empêcher votre véhicule de se retrouver en tête-à-queue. Pour cela, il faut contre-braquer. Cela signifie que si vos roues partent vers la droite, il faudra braquer à droite tout en débrayant. Si malgré cela la voiture fait un tête-à-queue, gardez bien votre pied sur l’embrayage et laisser votre voiture tourner sur elle-même jusqu’à ce qu’elle s’arrête. Vous pourrez alors reprendre votre direction.

En conclusion, quelle que soit la situation :
1. Restez calme ;
2. Regardez dans la direction où vous souhaitez aller ;
3. Ne freinez et n’accélérez surtout pas ;
4. Débrayez pour amener l’immobilisation du véhicule ;
5. Si les roues partent vers l’avant, relâchez doucement l’accélérateur. Si elles partent vers l’arrière, contre-braquez.

 

8. Que faire en cas de patinage au démarrage ?

Si vous sentez que vos roues patinent dans la neige au démarrage, il faut réduire la puissance de l’accélération. Pour cela, relâchez très progressivement l’embrayage et veillez à ce que vos roues soient bien droites. Si cela ne suffit pas, tentez de démarrer en seconde, cela réduira les risques de patinage.
Vous pouvez aussi placer un tapis de sol devant chaque roue motrice pour leur faire gagner un peu d’adhérence. Ou bien, si vous êtes plusieurs, certains peuvent descendre pour pousser la voiture !

 

9. Que faire si votre véhicule est bloqué dans la neige ?

Voiture bloquée dans la neigeSi votre véhicule est bloqué dans la neige, la première chose à faire est de déblayer au maximum la neige qui se trouve tout autour. Si votre pot d’échappement est recouvert de neige, dégagez-le. Enlevez aussi le maximum de neige autour de vos roues. Selon la direction dans laquelle vous souhaitez partir, dégagez la neige qui se trouve entre vos roues et la portion de route que vous voulez atteindre.

Puis remontez dans votre véhicule et essayer de démarrer sans trop appuyer sur l’accélérateur. Suivez les conseils que nous venons d’exposer pour éviter le patinage au démarrage.

 

10. Comment conduire dans la neige avec une boîte automatique ?

Certaines boîtes automatiques sont équipées d’un mode neige. Si c’est le cas sur votre véhicule, pensez à l’enclencher dès lors que vous conduisez sur de la neige. Ce mode neige permet notamment d’éviter le patinage au démarrage, puisqu’il fait démarrer votre voiture directement en seconde.

Si votre boîte automatique ne possède pas cette option, il est très probable qu’il intègre une position D2. Celle-ci fonctionne selon le même principe : elle fait démarrer la voiture en seconde et permet d’éviter aux roues de patiner.

Si vous n’avez ni mode neige ni position D2, il est conseillé de mettre votre boîte automatique sur la position 2 lors du démarrage afin d’éviter le patinage.

Sur certaines boîtes de vitesse automatiques, on trouve aussi l’option « overdrive », qui permet de générer une vitesse de transmission plus élevée en direction des roues. Si vous avez cette option, il est recommandé de la désactiver lorsque vous conduisez dans la neige. Le mode « overdrive » peut en effet favoriser une perte de contrôle de vos roues sur les routes enneigées ou mouillées. Pour votre sécurité, pensez donc à le désactiver !

En cas de dérapage, la démarche à suivre est la même que pour une boîte manuelle. Avec une boîte de vitesse manuelle, il faut débrayer pour stopper la transmission d’énergie aux roues. Avec une boîte de vitesse automatique, il faut passer le levier de vitesse au point mort, c’est-à-dire en position « neutre ». Dès que vous sentez que vous roues ont retrouvé de l’adhérence, vous pourrez repasser en position « drive » pour reprendre votre trajectoire.

 

La clé d’une conduite sans risque sur la neige est donc de bien s’équiper, de conduire doucement et prudemment et de garder son calme en cas de dérapage. En sachant cela, vous pourrez partir l’esprit plus tranquille !

Chaînes neige sur Avatacar.com

Sources : Continental, L’argus, Le Figaro, BFMTV, Uniroyal