La réglementation relative à l’éclairage

23 Avr 2018 | Infos conducteur

L’éclairage de votre automobile doit être entretenu avec soin, car il est un élément clé pour votre sécurité. De nuit ou lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises (brouillard, chutes de neige ou fortes pluie), les feux de votre véhicule vous permettent de voir et d’être vu. Quant aux clignotants et feux de recul, ils permettent aux autres automobilistes d’anticiper vos manœuvres pour réagir au plus vite. Le Code de la route prévoit de sévères sanctions si les réglementations relatives aux éclairages ne sont pas respectées. Quelles sont ces réglementations ? Comment savoir si votre éclairage est conforme à la loi ? Avatacar vous aide à y voir plus clair.

 

Entretien de l’éclairage

Un bon entretien de vos éclairages passe tout d’abord par une vérification régulière de leur fonctionnement. Tous les feux doivent être contrôlés : feux de route, feux de croisement, feux de position, antibrouillards, feux de recul et feux de stop, mais aussi clignotants et feux de détresse. Il est particulièrement important de penser aux feux de recul et de stop. En effet, un non-fonctionnement de ces éclairages peut vite passer inaperçu dans la mesure où vous ne les voyez pas.
Pour vérifier ces deux feux, il est nécessaire de se faire assister. Les feux de stop se déclenchent en actionnant la pédale de frein. Quant aux feux de recul, ils s’allument lorsque l’on positionne le levier de vitesse sur la marche arrière. Une autre personne placée derrière votre véhicule pourra vérifier que les éclairages fonctionnent bien.

 

Phares arrières d'une voiture

 

Si une ampoule est défaillante, il faut la remplacer immédiatement. En effet, la plupart de vos feux fonctionnent par paire : lorsque l’un des éclairages de la paire faiblit ou ne fonctionne plus, toute l’intensité sera répartie uniquement sur l’ampoule restante, ce qui pourra entraîner une défaillance plus rapide. Pour cette raison également, il est conseillé de changer toutes vos ampoules par paire.
Vous pouvez parfaitement réaliser cette intervention vous-même : les feux avant sont le plus souvent accessibles par le compartiment moteur, tandis que les feux arrières peuvent être démontés à l’aide d’une simple vis. Dans le cas des ampoules LED, plus complexes, il faudra en revanche passer par un professionnel.

 

Remplacement de l'éclairage

 

Si tous vos feux fonctionnent, leur contrôle ne s’arrête toutefois pas ici ! Il faut également vérifier que vos phares sont bien réglés. Cela signifie qu’ils doivent éclairer suffisamment sans pour autant éblouir les autres usagers. Vos phares doivent aussi être bien alignés. Si ce n’est pas le cas, il faut impérativement passer par un professionnel qui pourra régler et aligner vos faisceaux. En effet, les garagistes disposent d’outils performants qui permettent un réglage précis qui est presque impossible à obtenir manuellement.

Enfin, pensez aussi à contrôler la propreté des verres. Plus ils seront encrassés et moins l’éclairage pourra filtrer correctement.

 

La réglementation relative aux éclairages

Le Code de la route impose de nombreuses restrictions et obligations concernant l’éclairage de nos véhicules.

 

Couleur des éclairages

D’abord, les feux situés à l’avant doivent impérativement émettre une lumière jaune ou blanche. En revanche, ceux qui sont situés à l’arrière doivent émettre une lumière rouge. Selon le Code de la route, les éclairages d’autres couleurs (bleu ou vert, par exemple) sont strictement interdits. Si vos éclairages sont non-conformes à cette réglementation, vous risquez une amende de troisième classe, c’est-à-dire d’un montant forfaitaire de 68€, minorée à 45€ et majorée à 180€. Il s’agit du même niveau de contravention qu’une absence de rétroviseurs, un dispositif de freinage non-conforme ou encore un excès de vitesse inférieur à 20km/h !
Si l’un de vos feux, clignotant ou feux de détresse est grillé, vous encourez le même type de contravention.

 

Utilisation des éclairages

 

Feux de route et feux de croisement

L’utilisation des feux est elle aussi régie par un certain nombre de règlements. De nuit ou par visibilité insuffisante, vous devez impérativement utiliser vos feux de routes, sauf dans les cas suivants ou les feux de croisement sont requis :

– Lorsque vos feux risquent d’éblouir un autre usager (par exemple, si vous suivez un autre véhicule de près ou vous apprêtez à croiser un véhicule arrivant en face) ;

– Dans une agglomération suffisamment éclairée ou hors agglomération si la route est éclairée de manière continue et permet de voir à une distance suffisante ;

– Si la visibilité est réduite par les conditions météorologiques telles que la pluie. Dans ce cas, si la route est suffisamment éclairée, les feux de positions peuvent être plus adaptés.

Il faut également savoir qu’à l’arrêt ou en stationnement, il est interdit de laisser vos feux de route allumés. Ils pourraient éblouir les autres usagers.

 

Feux de brouillard

Les feux de brouillards ne doivent être utilisés qu’en cas de chute de neige ou de forte pluie, sauf dans les situations où ils pourraient éblouir un autre usager.

Feux de brouillard

 

 

Feux de recul

Les feux de recul doivent être utilisés uniquement en cas de marche arrière.

 

Feux de position

Quant aux feux de position, le Code de la route stipule qu’ils doivent être allumés en complément des feux de croisement si aucun point de la plage éclairante n’est situé à moins de 400 mm de l’extrémité de la largeur du véhicule (largeur totale hors rétroviseurs).

 

Quelles contraventions ?

Le non-respect des réglementations relatives aux feux de route, de brouillard, de recul et de position est passible d’une contravention de quatrième classe. Cette contravention est la même que pour l’utilisation du téléphone au volant, le non-respect d’un feu rouge, la circulation à contre-sens ou le demi-tour sur une autoroute. Elle s’élève à 135€, 90€ lorsqu’elle est minorée et 375€ lorsqu’elle est majorée.

Allumage des feux

Soyez vigilants quant à l’utilisation de vos feux de route. En effet, le Code de la route prévoit également une amende de quatrième classe pour « éblouissement à feu vif et usage abusif des pleins phares » …

Si vous roulez de nuit ou par visibilité insuffisante, les feux rouges arrière, l’éclairage de la plaque d’immatriculation, les feux d’encombrement ainsi que les feux rouges arrière des remorques doivent être allumés. Le fait de circuler sans éclairage de nuit ou par visibilité insuffisante est également passible d’une amende de quatrième classe.

Aussi, sachez que si votre véhicule est arrêté ou en stationnement sur une chaussée dépourvue d’éclairage public, sans éclairage ni signalisation, vous encourez une amende de quatrième classe ainsi qu’une suspension du permis pour maximum 3 ans. Cette sanction s’accompagne dans certains cas d’un retrait de 3 points ! Il est donc impératif de laisser vos feux de position et vos feux rouges arrière allumés dès lors que vous vous trouvez dans cette situation.
Cependant, cette réglementation ne s’applique que si le lieu n’est pas suffisamment éclairé pour permettre aux autres usagers de voir votre véhicule à une distance suffisante. Dans le cas où vous stationnez dans une agglomération éclairée, vous pouvez laisser votre véhicule tous feux éteints.

 

Feux de détresse

Enfin, il existe également quelques obligations relatives à l’utilisation des feux de détresse. Ainsi, le Code de la route impose de déclencher vos feux de détresse dès lors que vous êtes contraint de rouler à vitesse particulièrement lente. C’est par exemple le cas si votre véhicule présente un problème technique ou si vous êtes pris dans un embouteillage. Dans le cas de l’embouteillage, seulement le dernier véhicule de la file doit allumer ses feux de détresse. Cela lui permettra d’avertir les autres usagers d’un ralentissement. Le non-respect de ces obligations peut entraîner une amende de deuxième classe.

De même, lorsqu’un véhicule est contraint de s’immobiliser à un endroit de la chaussée où il peut représenter un danger (dans une intersection, par exemple), le conducteur doit également déclencher ses feux de détresse. Il doit également placer un triangle de signalisation pour avertir les autres usagers. S’il ne respecte pas ces obligations, il est passible d’une amende de quatrième classe.

 

Pour votre sécurité mais aussi pour optimiser la communication avec les autres usagers, il est donc essentiel de respecter le Code de la route. Afin de vous éviter toute mauvaise surprise lors d’un contrôle routier, pensez à bien entretenir vos feux. Un éclairage défaillant ou non conforme pourra vous coûter cher !

 

Sources : Turbo.fr ; Code de la route ; Legipermis.com